Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Commander

Livraison offerte dans 69,00 € France métropolitaine uniquement

Tissus japonais


Une question de largeur

Détail de taille, le standard japonais concernant la laize (la largeur) des tissus n’est pas le même qu’en France, ou la plus commune est de 140 cm. Au Japon, le standard est plutôt de 110 cm, parfois même inférieur pour les tissus de confection. Les tissus d’ameublement, eux, peuvent afficher 160 cm de largeur. Conclusion ? Contrôlez systématiquement la laize affichée afin d’ajuster votre métrage si besoin !

Pluie de motifs sur les tissus japonais

La plus grande force du tissu japonais est son motif, créatif et poétique, héritage d’une longue tradition illustrée par l’art du kimono. Même les imprimés classiques, passés au filtre de la culture nippone, changent de dimension : un tissu aérien pour faire vibrer des carreaux ou un effet artisanal pour dynamiser des rayures.

  • Les motifs géométriques font partie de la tradition graphique japonaise et s’enrichissent d’un fort pouvoir évocateur. Pois, rayures, ondulations, triangles et arcs de cercles évoquent constellations, arbres, montagnes ou vagues.
  • Les motifs traditionnels sont tour à tour déclinés, réinterprétés et revisités. Résultat ? Une pluie de tortues et de grues, d’éventails et de coquillages, d’écailles et d’arabesques.
  • Les motifs floraux sont essentiels aux textiles japonais. Camélias, chrysanthèmes, fleurs de cerisiers et autre brassées poétiques se déclinent aussi bien en imposantes fleurs colorées qu’en délicats semis pastels.
  • Les motifs kawaii sont certes moins traditionnels, mais tout aussi incontournables ! Mignons, répétitifs et colorés, ils conjuguent animaux, objets et aliments dans un graphisme stylisé.

La teinture artisanale et le textile japonais

Les techniques de teinture ont laissé une empreinte de taille dans l’art de l’imprimé japonais. Si elles n’ont aujourd’hui plus rien d’artisanal, elles en conservent l’esprit : nombre de textiles reproduisent volontairement les motifs, les couleurs et l’aspect fait main des plus traditionnelles.

  • Le shibori consiste à plier, pincer ou attacher le tissu avant de le teindre. Une fois détaché, il révèle des motifs géométriques floutés inspirant nombre d’imprimés actuels.
  • Le katagami est une technique traditionnelle de teinture consistant à teindre un tissu sur lequel sont fixés des pochoirs en papier découpé. Elle se caractérise par des motifs délicats, fins et travaillés.
  • Le katazome désigne une autre méthode de pochoir : une pâte appliquée sur le tissu avant teinture empêche la couleur de prendre sur les zones protégées. Elle se distingue traditionnellement par des motifs blancs ou écru sur un fond indigo.

Le cas de l’indigo

Utilisée dès le 10e siècle sur l’archipel, la teinture à l’indigo ou aizome combinait une ribambelle d’avantages. L’indigotier poussait facilement sur l’île de Shikoku, rendant sa culture à grande échelle possible ; la difficile teinture du coton, quant à elle, était plus durable lorsqu’elle utilisait l’indigo. La teinte bleue caractéristique évoquait pour les japonais celle de l’océan, tout en se mariant idéalement aux broderies ou motifs blancs… et selon les paysans, repoussait même les insectes.

Les marques de tissus japonais

  • Kokka : mondialement reconnue, la marque Kokka est célébrée pour ses imprimés créatifs et ses tissus de qualité, associant tradition et modernité. L’entreprise propose de nombreuses gammes en complément de sa propre marque… dont Nani Iro ou Echino.
  • Nani Iro : créée par l’aquarelliste Naomi Ito, la gamme Nani Iro combinent imprimés floraux ou abstraits, teintes délicates et formes diffuses.
  • Echino : créée par le designer japonais Etsuko Furuya pour Kokka, la gamme Echino ose des mélanges audacieux associant bestiaire délicat et motifs géométriques irréguliers.    

Témoignages
Lin lavé superbe (coloris vert) pour protéger les beaux fauteuils anciens et canapé..Tenue excellente....
Françoise K. - 02/04/2017 > Donnez votre avis sur le site